Retour accueil

CHARLES II de NAVARRE dit "LE MAUVAIS"
L'origine du surnom

Charles II de Navarre, resté pour la postérité Charles le Mauvais, doit son surnom au chroniqueur Diego Ramirez de Avalos de la Piscina (+ 1572), qui écrivit en 1534 la "Crónica de los muy excelentes reyes de Navarra". Des éléments de Diego Ramirez furent ensuite repris par de nombreux chroniqueurs et historiens espagnols et français, jusqu'à ce que ce que Denis-François Secousse (+ 1754) publie une oeuvre faisant autorité, les "Mémoires pour servir à l'histoire de Charles II, roi de Navarre et comte d'Evreux, surnommé le Mauvais", où il s'attache à justifier les raisons de ce surnom. 

Ce n'est qu'à la fin du vingtième siècle que Charles II a commencé à faire l'objet d'un jugement plus nuancé.

Crónica de los muy excelentes reyes de Navarra

Fragment d'un manuscrit du XVIème siècle

 

 

 

 

 

 

"...Y no midiendo el rey su herror con la lima de la razon, fue tan riguroso en los castigar que excedio su crueldad en la puente de Miluce en muchos justiciados con boca hediente de la sangre de sus subditos tanto los limites de justicia y raçon, que fue lastima de ver la carniceria que hizo, por donde se resabiaron tanto contra el los del reyno que por todos fue llamado el Malo."

...Et ne mesurant pas son erreur avec l’outil de la raison, il fut tellement rigoureux dans ses châtiments que sa cruauté s’exacerba au pont de Miluce sur de nombreux condamnés, la bouche fétide du sang de ses sujets, il dépassa tant les limites de la justice et de la raison que ce fut lamentable de voir la boucherie qu’il fit ; et pour cela, ceux du royaume se retournèrent tellement contre lui qu’il fut appelé par tous le Mauvais.



Retour à l'accueil

Copyright Bruno Ramirez de Palacios 2014-2017 - Tous droits réservés

Toute reproduction intégrale ou partielle des pages de ce site faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite (art. L.122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle) et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants.