Retour accueil

1378 : CHARLES II de Navarre pris en tenaille

Devant la reconquête souterraine de ses biens entamée par le roi de France, Charles II avait repris contact avec les Anglais. Le roi Edouard III était mort à l'été 1377 et son petit-fils, le jeune Richard II, lui avait succédé. Charles II entama des pourparlers afin qu'il épouse l'une de ses filles, Blanche de Navarre.

Charles V était alors en position de force face à l'ennemi anglais. Il se servit de divers prétextes pour s'en prendre à Charles II : alliance avec les Anglais, tentative d'empoisonnement, intervention militaire navarraise en Normandie... En mars 1378, il fit arrêter Jacquet de Rue, chancelier de Charles II, puis peu après l'infant Charles, son fils et futur Charles III de Navarre. On fit avouer à Jacquet de Rue une prétendue tentative d'empoisonnement contre Charles V et de nombreux autres faits, qui servirent de prétexte à une intervention française dans les terres normandes de Charles II. En avril, Pierre du Tertre, secrétaire et conseiller de Charles II, à son service depuis 26 ans, fut arrêté à son tour par Du Guesclin, qui lui promit la vie sauve en échange de sa reddition. On interrogea longuement les deux hommes, puis ils furent exécutés, leurs têtes exposées aux Halles et leurs corps au gibet de Montfaucon.

Toutes les places normandes de Charles II furent conquises par Du Guesclin et Philippe, duc de Bourgogne et frère du roi de France, entre avril et juillet 1378. Ce fut une des premières guerres mécanisées et de nombreux engins de jet furent utilisés pour assiéger les villes. Evreux, Breteuil, Bernay, Anet, Pacy-sur-Eure, Nonancourt, Beaumont-le-Roger, Gavray, Avranches, Carentan, Valognes, Regnéville et toutes les places d'importance tombèrent une à une. Seule Cherbourg resta aux mains des Navarrais. Bien protégée par ses murailles et ayant reçu les renforts des troupes venues des villes conquises ainsi que des Anglais, elle devint inexpugnable. Peu après, les Anglais évincèrent les Navarrais et s'emparèrent de la ville.

Une analyse de certaines lettres d'époque montrent que Charles V et Henri II de Castille s'étaient entendus depuis février 1378 au moins, à l'instigation du duc d'Anjou. Les prétendus aveux de Jacquet de Rue ne furent qu'un prétexte pour la conquête.

Dès février 1378, Henri II de Castille avait massé des troupes non loin de la Navarre. Pris entre deux feux, ne pouvant combattre sur deux fronts, Charles II recruta des troupes qui restèrent en Navarre pour défendre le royaume. La Normandie fut perdue. Attaqué à partir de juillet 1378 par les Castillans, Charles II dut signer l'infamant traité de paix de Briones (mars 1379) qui consacra sa défaite. La Navarre ne connut que l'occupation que quelques forteresses, mais Charles II avait de fait perdu ses terres en France.

 

Retour à l'accueil

Copyright Bruno Ramirez de Palacios 2014-2017 - Tous droits réservés

Toute reproduction intégrale ou partielle des pages de ce site faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite (art. L.122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle) et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants.